WSOP/PSC Barcelona: vis ma vie de ProDream (2) !

dsc_0073-1-jpg

Il y a exactement 2 mois, nous avions lancé notre coverage des WSOP par un article sur et de François Tosques qui nous avait promis à l’époque de « nous faire des points réguliers à travers le blog pour nous faire partager au maximum ses expériences Vegassiennes de Pro Dream ».
Et bien Francisco a tenu promesse puisqu’il revient pour vous aujourd’hui sur son été dans le Nevada et nous parle également de ses objectifs sur cette fin d’année.

« Bonjour à tous ! Je profite de la fin de l’été pour revenir à froid sur mon Vegas, ainsi que pour dresser les objectifs à venir dans les prochains mois qui s’annoncent bien chargés !

Frustration

Pour donc revenir sur ce Vegas 2017, je pense que c’était le plus dur à gérer mentalement, et de loin. J’arrivais en grande confiance, étant donné que j’avais toujours réussi à avoir des résultats dans cette ville, et j’en suis ressorti avec certainement la plus grande frustration de ma carrière poker. J’ai énormément joué, mais sans jamais ressentir la moindre overdose car j’avais un rythme de vie sain, contrairement à ce qui avait pu être le cas d’autres années, avec quasiment pas de grosses soirées, pas de burgers à tout-va (une de mes faiblesses pourtant), et des heures de vie normales. Bref, tous les arguments étaient réunis pour faire autre chose que sucrer des fraises, et j’ai énormément deep run, car j’ai réussi à aller plus ou moins loin dans ¾ des tournois que j’ai joué en montant très souvent entre 5 et 10 fois le stack de départ, comme sur le Monster Stack, un event WSOP à 1500$, le Main Event du Planet Hollywood, le WPT 500 et j’en passe, en finissant par un Day 3 du Main Event, sans pour autant voir l’autre file du caissier dans ces tournois-là. J’ai quand même réalisé 2 mincash dans le WSOP à 888$, mais sans avoir pour autant la moindre vibration en étant éliminé dans l’instant une fois commencé le défilé des sortants. Forcément, j’en ai dégagé une énorme frustration de jouer tout ce temps-là pour rien, et à froid j’ai essayé d’analyser tout ça.

ft-1

Variance

Clairement, plus Vegas avançait et plus je perdais peu à peu confiance à l’approche des bulles après autant de deep run pour rien, en me retrouvant même à devoir parfois hésiter dans des situations pourtant assez évidentes. Néanmoins, j’ai également analysé chacune de mes sorties, et la grande majorité est clairement due à la variance, avec des rencontres inévitables dans les coups qui m’auraient souvent assuré l’ITM et une pièce qui tombe du mauvais côté, ou des erreurs de mes adversaires qui ont eu de la chance. Malheureusement, cela fait partie de la vie d’un joueur de poker. J’étais toujours reparti gagnant de Vegas, et il fallait bien que cette série s’arrête un jour. Je relativise aussi beaucoup, puisqu’en 3 semaines j’ai joué l’équivalent d’une session online à la Francisco en nombre de tournois joués, ce qui nous amène très loin de cette notion de long terme si importante au poker, et si difficile à atteindre en tournois Live. A chaud, c’est toujours très difficile d’arriver à ne pas être orienté par le résultat quand on est joueur de tournoi, et encore plus en Live car les émotions sont encore plus fortes et plus intenses, surtout dans une ville comme Las Vegas. C’est en effet là-bas qu’on rêve tous de gagner. Même si j’ai toujours réussi à me remotiver, j’ai peut-être parfois un peu pêché là-dessus, avec cette bonne vieille voix qui me rappelait de mauvais souvenirs dans ma tête à l’approche des bulles, et clairement mes coéquipiers qui ont plus d’expérience que moi me feront progresser dans les prochains mois sur le fait d’être détaché des déceptions et des frustrations que l’on peut avoir à ce jeu, et qu’il faut réussir à avoir à chaud.

Repos

Après Vegas, j’ai forcément ressenti le besoin de recharger les batteries après un début d’année qui a été très intense et très prenant, et je me suis pris un bon mois de repos en commençant par partir 2 semaines dans les Canyons de l’Utah et de l’Arizona avec ma copine. C’était mon cinquième Vegas, et seulement la première fois que j’allais les voir alors que c’est à côté. Si vous cherchez une destination à l’étranger pour un prix abordable, je ne peux que vous conseiller ce séjour, avec des paysages à couper le souffle et de très bonnes expériences de vie, pour un tarif tout à fait convenable vu les faibles prix des locations de voitures ou d’essence là-bas, sans compter les très bonnes offres qu’on peut trouver pour les avions en s’y prenant à l’avance. D’ailleurs, j’ai croisé énormément de Français faisant le même voyage. Si vous souhaitez des conseils là-dessus, contactez donc l’agent Francisco, il s’occupera de vous ! S’en sont suivies deux semaines à New York chez ma copine, une ville où je commence à aller souvent, mais que je n’avais pas encore vu en été. Clairement bien différent de Février dernier et des -20°C quotidiens !

ft-2

Online

Bref, tout ça pour revenir sur le fait que j’ai bien coupé, ce qui m’a fait le plus grand bien, et que je suis motivé à fond pour les prochaines échéances. Mes premières sessions online sur PMU se sont bien passées, peut-être que cela est dû à ma nouvelle adresse IP car j’ai une nouvelle box, le temps nous le dira. Je me suis enfin essayé à mon premier Twitch, même si les conditions étaient chaotiques avec un micro qui m’a lâché en plein vol. Mais ce problème sera résolu pour ceux que je ferai à l’avenir, en commençant pendant la Summer Poker League qui débute le 27 Août sur PMU, dont voici le programme, et qui est mon premier objectif online de cette fin d’année, en attendant les FPC dont les dates seront annoncées prochainement.

Vamos!

Mais surtout, il est déjà temps de repartir au combat, en commençant par le plus beau tournoi qui existe en Europe, le Pokerstars Championship de Barcelone qui remplace l’ancien EPT. 5300€ l’entrée, 7M€ minimum dans la cagnotte. Une destination que j’adore et je sens que je vais bien m’amuser à parler en espagnol pendant une semaine, en espérant que les fous nous laissent tranquilles… Le niveau sera relevé, mais je sens que mon niveau de jeu progresse et j’ai hâte d’avoir la possibilité de me jauger sur de tels fields. Vous pourrez évidemment suivre le coverage de ce tournoi sur le blog de PMU Poker, ainsi que sur Facebook et Twitter. En attendant, je vous dis à bientôt, et bonne chance à vous sur les tables ! »

ft-3

Suivez la Team PRO PMU Poker et les qualifiés pmu.Fr > Le coverage
Famille, vie sociale, santé financière. Etes-vous prêt à tout miser ? Pour être aidé, appelez le 09 74 75 13 13.(appel non surtaxé)